Accueil / Histoire du Tai Chi / Quels liens entre Tai Chi et Médecine Chinoise (MTC) ?
Liens entre Tai Chi et Medecine Traditionnelle Chinoise MTC Tai Chi Lyon Taichi Chuan

Quels liens entre Tai Chi et Médecine Chinoise (MTC) ?

Quels sont les liens entre Tai Chi et Médecine Chinoise (MTC) ?

Nous avions déjà examiné les liens habituellement réputés exister dans la vulgate entre Tai Chi et Yangsheng (Nourrir la Vie) et entre Tai Chi et méditation,  nous verrons dans le présent article quels sont, s’ils existent, les rapports entre Tai Chi et médecine traditionnelle chinoise(MTC).

Contrairement à l’opinion la plus répandue, et au risque de surprendre, la réponse la plus concise et synthétique est de dire qu’il n’y en a pratiquement aucun : Tai Chi et médecine chinoise (souvent abrégée en MTC, Médecine Traditionnelle Chinoise) sont des pratiques bien distinctes qui n’ont aucun lien historique l’une avec l’autre (même si elles partagent bien en partie une terminologie et un référentiel culturel commun).

Historiquement,  le Tai Chi Chuan n’est sorti du village de Chenjiagou (son lieu de naissance) qu’à la fin du 19ème siècle et est resté longtemps confiné dans un cercle très étroit de pratiquants d’arts martiaux. Son succès et sa diffusion à grande échelle est très récente et si liens il y a entre Tai Chi et médecine chinoise, ce sont principalement des liens artificiellement reconstruits a posteriori. 

Le Tai Chi ne s’est pas inspiré de la médecine chinoise

Médecine Traditionnelle Chinoise MTC Lyon Tai Chi ChuanContrairement aux idées reçues, le Tai Chi Chuan ne s’est pas non plus inspiré de la médecine chinoise, ni même de ses principes théoriques. Le Tai Chi Chuan n’a en effet jamais été théorisé avant qu’un lettré de la famille Chen,  Chen Xin (1849-1929), n’écrive le premier livre sur le Tai Chi Chuan originel au début du 20ème siècle. C’est à ce moment là seulement, très tardivement donc, que l’art martial du clan commencera à être raccroché à des concepts théoriques et sera encapsulé dans un modèle théorique existant, celui de la conception du monde selon les principes du Yin Yang et du Tai Chi.

Comme dans toutes les pratiques traditionnelles empiriques (non scientifiques), la pratique ne découle pas de la théorie mais c’est au contraire l’observation des faits, de la pratique elle-même, qui amène la classification et l’induction.  La pratique déjà ancienne du Tai Chi Chuan a ainsi été réintégrée a posteriori dans un système culturel et une vision du monde (ou plus exactement dans celui de la culture mandarinale de l’époque).  L’on commence alors à lier étroitement Tai Chi et médecine chinoise.

C’est d’ailleurs à ce moment seulement que la boxe de la famille Chen, auparavant appelée Chang Quan 长拳, Boxe Longue, commencera à être appelée Tai Chi Chuan. L’énorme travail de Chen Xin – il travaillera pendant 15 ans à la rédaction du livre- consistait à proprement parler à “donner des lettres de noblesse” à la boxe familiale. Il lui donnait ainsi à la fois un texte fondateur  – l’écriture étant une valeur cardinale et quasi sacrée dans la Chine impériale –  alors que la tradition n’était jusqu’alors qu’orale, et une sanctification lettrée en l’inscrivant dans la tradition écrite néo-confucianiste et médicale.

L’un des exemples le plus frappant et parlant de cette façon de procéder dans le livre de Chen Xin est le fait d’avoir modifié la liste originale des mouvements afin d’arriver au nombre de 64, correspondant au nombre de transformations des hexagrammes du Yi Jing (ou “Livre des Mutations”, souvent appelé Yi King en français). L’enchaînement traditionnel comptait lui 72 mouvements et Chen Xin en enleva certains pour arriver au chiffre qu’il souhaitait, c.à.d soixante quatre, et dont il avait besoin pour son propos. 

N.B. : la forme originelle du Tai Chi décrite par Chen Xin est celle de la Xiaojia (“Petite Forme”). Pour connaitre cette forme originale rare en occident, voir notre compilation de vidéos Tai Chi style Chen Xiaojia ainsi que la Galerie des maîtres de la Xiaojia. 

Aller au sommaire Tai Chi et MTC 

L’unité tardive de la médecine chinoise

Liens entre Tai Chi et Medecine Chinoise Traditionnelle Yangsheng MTC Tai Chi Lyon Taichi ChuanNotons également au passage que la “Médecine Traditionnelle Chinoise”, telle qu’elle est maintenant enseignée  dans les universités chinoises, n’a d’ailleurs elle-même été standardisée qu’à partir de la seconde moitié du 20ème siècle.  Si l’on excepte la médecine impériale à la diffusion par définition extrêmement réduite, il existait avant cela autant de pratiques médicales que de village et de praticiens en Chine. Lorsqu’il arrivait que le métier se passe d’une génération à l’autre, chacun gardait secret les recettes du savoir empirique local et les formules de pharmacopées se transmettaient jalousement de père en fils.

Les pathologies et affections de l’extrême nord de la Chine et son climat subarctique et celles des régions tropicales du sud n’ayant rien à voir entre elles demandaient des expertises et des traitements totalement différents. En dehors de quelques grands principes, il n’existait alors pas d’unité des pratiques. Notons également que la discipline reine de la médecine chinoise a toujours été, et est encore, la pharmacopée et que les autres branches (acupuncture, massage tuina ou yangsheng) n’étaient qu’accessoires. Ce qui, dans la faits, éloigne encore un peu plus dans leurs pratiques respectives Tai Chi et médecine chinoise.

Aller au sommaire Tai Chi et MTC 

Liens entre Tai Chi et Yangsheng (Nourrir la Vie)

L’on entend et lit également souvent, lorsque l’on parle de Tai Chi et médecine chinoise, que le Tai Chi fait partie intégrante de la branche Yangsheng 养生 (“nourrir la vie”) de la médecine traditionnelle chinoise, c.à.d des méthodes de prévention et d’entretien de la vie. Il s’agit là encore d’une légende dont que nous avons abordé plus en détail ici :  Quels sont les liens entre Tai Chi et Yang Sheng ? (nous y revenons aussi sur certains mythes de la médecine traditionnelle chinoise).

Aller au sommaire Tai Chi et MTC 

Les objectifs opposés du Tai Chi et de la médecine chinoise

Enfin, à moins de ne réduire le Tai Chi Chuan qu’à son seul aspect interne (et ce faisant le réduire à une pratique de type Qi Gong), les objectifs de la médecine traditionnelle chinoise et du Tai Chi Chuan sont diamétralement opposés. Si l’objectif premier de la médecine, du moins tel que défini par Hippocrate, est “d’abord ne pas nuire, ensuite soigner”, celui de tout art martial est au contraire d’être capable de nuire physiquement à autrui et de réduire à l’impuissance son adversaire le plus rapidement possible. Entre Tai Chi et médecine chinoise, il est de facto difficile de faire objectifs plus opposés.

Mais il est vrai que certains veulent tellement prêter toutes les vertus au Tai Chi Chuan qu’il arrivent parfois que celles-ci soient totalement contradictoires et que, comme nous l’avions remarqué dans l’article Tout ce que le Tai Chi n’est pas :

“La Voie ou les voies du Tai Chi étant parfois impénétrables, il arrive même que toutes ces qualités  morales intrinsèques attribuées péremptoirement au Tai Chi soient en opposition frontale avec d’autres valeurs qu’on veut par ailleurs bien lui prêter. 

On en arrive ainsi à lire que le Tai Chi est à la fois un “art de la paix” et quelques lignes plus tard que, à son niveau de maîtrise le plus élevé, il est également une pratique létale permettant, d’une frappe en apparence anodine sur des point vitaux, de provoquer des dégâts internes irréversibles. Le tout sans rire.”

Aller au sommaire Tai Chi et MTC 

Se méfier des rapprochements factices entre Tai Chi et médecine chinoise

Une chose est certaine, tout comme il faut se méfier des légendes par trop dorées, il faut immanquablement se méfier aussi des enseignants et écoles de Tai Chi Chuan qui mélangent allègrement Tai Chi et médecine chinoise dans leurs discours ou leurs écrits, ou qui s’évertuent à dresser artificiellement entre les deux pratiques des parallèles oiseux (ex. : travail de tel ou tel méridien d’acupuncture avec tel ou tel mouvement, pratique de tel type de Qi plutôt qu’un autre, intérêt de pratiquer plutôt à telle saison,…).

Dans l’immense majorité des cas, ce type de discours  signalent surtout l’inanité de la pratique de ceux qui les professent et servent essentiellement à combler les vides de la pratique. Lier les deux permet de donner un peu de consistance à l’enseignement par des bribes éparses de théories (fumeuses mais attractives par leur exotisme et particulièrement plaisantes aux oreilles d’un public français épris d’intellectualisme).

Ces approches sont d’ailleurs souvent syncrétiques et s’accompagnent allègrement de mélanges de genres encore plus audacieux.  L’on y retrouvera ainsi pêle-mêle tous les ingrédients des pratiques new-age auxquelles le Tai Chi se retrouve malgré lui indéfectiblement lié : psychologie (on parlera alors beaucoup des émotions, des peurs, d’harmonie en soi et avec autrui, de joie de vivre, de pensées négatives,…),  odes à la nature (présenté comme le Bien par excellence), relaxation, méditation, lâcher-prise, harmonisation des énergies,…  

Voir aussi à ce sujet Liens entre Tai Chi et médiation   et Tout ce que le Tai Chi n’est pas. 

Aller au sommaire Tai Chi et MTC 

Alors quels liens entre Tai Chi et médecine chinoise ?

Si le Tai Chi a malgré tout bien quelques rapports avec la médecine traditionnelle chinoise (MTC), c’est principalement par les aspects suivants :

  • Tai Chi et médecine chinoise possèdent une terminologie parfois commune et participent d’un référentiel culturel commun : celle du Yin et du Yang, ou du Qi (énergie) notamment. Mais il convient aussi de préciser que ce référentiel est commun à tous les aspects du savoir en Chine et que partager le même cadre culturel ne signifie rien en termes de proximité réelle des pratiques, ni d’échanges réciproque.
    Dans la vision cosmogonique et la pensée corrélative de la Chine ancienne, s’attachant par définition à décrire et systématiser l’ensemble de la manifestation, il ne pouvait d’ailleurs en être autrement et toutes les branches du savoir étaient soumises à la même enseigne.
    Ce n’est pas parce que l’on parle de Yin et de Yang dans la calligraphie, la cuisine chinoise ou dans l’art de la guerre selon Sunzi, que ces arts ont un lien réel quelconque avec la MTC. Comme nous l’avons déjà signalé supra la pratique du Tai Chi Chuan est de surcroît venue bien avant sa théorisation et sa réintégration a posteriori dans un cadre culturel et philosophique. A cet égard les liens entre Tai Chi et médecine chinoise, s’ils existent bien, sont donc bien ténus.
  • Tai Chi et médecine chinoise puisent leurs racines dans une source commune  : celle de l’antique culture traditionnelle chinoise de “recherche intérieure” (physique) taoïste basée notamment sur le développement du sens proprioceptif.
    Ses pratiques, à l’origine chamanique, sont attestées depuis la plus haute antiquité chinoise. On en trouve les traces dès la première dynastie attestée des Shang, au 11ème siècle avant notre ère. Transmises par les fangshi, les “maîtres des techniques”.
    Mais c’est surtout sous les Han que ces techniques  (elles-mêmes accessoires par rapport aux rituels purement religieux) seront développées avec pour objectif celui que nous mentionnions en introduction : obtenir l’immortalité terrestre (Chang Sheng, la Longue Vie)

L’on peut aimer et être sincèrement passionné de Tai Chi Chuan sans pour autant s’encombre de légendes inutiles et fallacieuses ni perpétuer des impostures préjudiciables à l’art lui-même.

Aller au sommaire Tai Chi et MTC 

Avis sur l’article Quels liens entre Tai Chi et médecine chinoise ?

Liens entre Tai Chi et Medecine Traditionnelle Chinoise MTC Tai Chi Lyon Taichi Chuan
 Avis général sur cet article 
Donnez nous votre avis
[Avis: 19 Moyenne : 4.9]

Aller au sommaire Tai Chi et MTC 

Tai Chi et Médecine Chinoise – Pour en savoir plus

Les articles liés à Tai Chi et Médecine Chinoise 

Voir notamment les articles :

et bien entendu le long article de Questions et réponses sur le Tai Chi Chuan, ainsi  tous nos autres articles ici : Tai Chi Lyon – Articles 

Pour pratiquer le Tai Chi à Lyon

Pour des informations sur les cours de Tai Chi style Chen à Lyon (Croix-Rousse, Gerland, Lyon 1er, Lyon 4ème, Lyon 7ème, Lyon 8ème) proposés depuis plus de 15 ans par Chuan Tong International : Cours et Stages de Tai Chi style Chen à Lyon et Formation au Tai Chi en week-end. 

Pour en savoir plus sur l’enseignant : L’enseignant

Plus sur Internet

Conférence de Catherine Despeux sur les Origines et les Fondements Théoriques de la Médecine Traditionnelle Chinoise

Réponses aux questions fréquentes sur la médecine chinoise : FAQ Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) 

Pour une vision romancée, le documentaire ARTE : Qi, sur les traces de la médecine chinoise

Aller au sommaire Tai Chi et MTC 

A propos Tai Chi Lyon

Disciple officiel de la lignée du Tai Chi Chuan originel de Chenjiagou (lieu de création du Tai Chi) sous le nom Pengju 鹏举, j'ai passé plusieurs années en Chine à me former et pratiquer avec Maître Zheng Xu Dong et pratique ces dernières années la Xiaojia avec des maîtres de Chenjiagou (disciples directs du célèbre Chen Kezhong).Formé à la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), je suis également passionné d'histoire et de culture chinoise. J'ai fondé un club de Tai Chi à Lyon en 2001 dans lequel je continue d'enseigner aujourd'hui.
Praesent ipsum tempus ut vel, et, id amet, felis tristique